Les joyaux de la Corse en 2021

Les joyaux de la Corse en 2021

Heidi Klum, Iris Mittenaere, Lena Mahfouf, Djibril Cissé, Baptiste Giabiconi… Tous ont choisi l’île de beauté pour quelques jours de vacances. Entre plages de sable fin, balades en Méditerranée et randonnées au frais, les célébrités s’accordent quelques moments de répit sur « la plus belle île du monde ». Ce n’est pas être chauvin de le dire, eux aussi l’avouent !

 

Vacances j’oublie tout, et (presque) aussi le covid-19

Sous leur parasol un peu plus loin sur la plage, c’est séance crème solaire pour Nicole, Franck et toute sa famille venue de Paris. Leur devise de l’été cette année c’est vacances j’oublie tout. « J’oublie tout, je profite du soleil et des enfants », assure ce papa. Mais la covid-19 n’est jamais loin, « on évite de se coller aux gens, on prend nos distances mais le but c’est de profiter », détaille-t-il. « On ne se pose pas de question, on prend la vie comme elle vient », complète Nicole assise dans son fauteuil.

Pour Helene, allongée au soleil depuis deux heures, cet été plus que jamais la priorité est de se détendre. « Les enfants jouent, moi je profite du soleil et de la mer tous les jours, on fait quelques balades, quelques randonnées et ça marche bien pour oublier tout », assure-t-elle.

Se laisser emporter par les paysages corses, le bruit des vagues, voilà la solution miracle des touristes pour oublier la covid-19 pendant les vacances.

 

Le feuilleton maltais n’est pas le seul

Pas facile non plus d’envisager une escapade sereine au Portugal et en Espagne. Les deux pays avaient enregistré un nombre de réservations record avec notamment plus de séjours « bookés » en Espagne qu’avant la crise sanitaire. Puis le 8 juillet 21, à la suite de l’intervention de Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, recommandant aux estivants d’éviter ces deux pays en proie à une forte reprise épidémique, tout s’est effondré. Une sorte de jeudi noir, car les réservations pour l’Espagne ont chuté de 50% par rapport à la veille. Il est vrai qu’après la flambée des réservations, le pays ne peut que constater une flambée des nouveaux cas de Coronavirus. Près de 28 000 cas ont été détectés le 20 juillet, des chiffres qui inquiètent, car semblables à ceux de la mi-janvier.

Si les voyageurs français et européens sont un peu refroidis, les Britanniques affluent quant à eux depuis quelques jours en terre hispanique. Dès le 19 juillet, le déjà célèbre « freedom day » de Boris Johnson, marquant pour les vaccinés la fin de la quarantaine au retour, des dizaines de vols ont été annoncés en provenance du Royaume-Uni vers les aéroports de Malaga, des Canaries, des Baléares.

 

Alors finalement, où aller ? En Corse ?

Pour les Français et les expatriés qui rentrent voir leur famille, pas facile de planifier une courte escapade en Europe. Selon notre enquête, beaucoup se rabattent vers une destination refuge : la Corse. Aussi, couples et familles décident finalement de rester en France, mais en profitant d’une bonne dose de dépaysement en plus ! C’est d’ailleurs sur l’Ile de beauté que l’on trouve la plus belle plage de France selon les internautes et de nombreux hébergements atypiques qui a eux seuls font voyager.

Les professionnels du tourisme sont très optimistes. Selon Sébastien Blanc, Responsable du pôle Marketing territorial à Ajaccio, « le territoire a enregistré la venue de 8 040 visiteurs sur les 18 premiers jours de juillet, soit deux fois plus que pour la même période en 2020 ». Si les couples étaient très présents en juin, en juillet 37 % des visiteurs arrivent en famille avec des demandes d’hébergement qui se concentrent pour les trois quarts sur l’hôtellerie et le camping.

« S’évader loin de la foule »

Pierre Mattei, PDG de la compagnie maritime Corsica Ferries, leader sur le trafic passagers à destination de la Corse, est lui plus mitigé. « Si on compare avec juillet 2020, on est meilleur mais ce n’est pas difficile parce que c’est la pire année qu’on ait jamais eue en trafic. En revanche, par rapport à 2019, on est en retrait, surtout sur les trafics étrangers parce que le passage des frontières reste assez compliqué », note-t-il, précisant qu’août devrait être similaire et que « septembre dépendra de la situation sanitaire » sachant que « tout se fait de plus en plus au dernier moment ».

Côté hébergement, cet été, les locations individuelles (Gîtes de France, meublés de tourisme, chambre d’hôtes) sont « largement plus plébiscitées » que l’hébergement collectif (hôtels, camping, résidence de tourisme et village vacances), remarque l’Agence régionale du tourisme. « On retrouve les taux de fréquentation des années 2015, 2016, 2017 qui étaient très bonnes avec un taux d’occupation de 77% en juillet (contre 57% en 2020 et 73% en 2019) et pour août, de 89% contre 82% en 2020 et 85% en 2019 », a indiqué à l’AFP Dominique Chilotti, directrice pour la Corse des Gîtes de France qui comptent 1.500 hébergements dans l’île. Si la clientèle compte habituellement 15% d’étrangers – Belges, Allemands et Suisses -, cette année, ils sont « moins de 5% », note-t-elle.

Le Collectionist, qui compte plus de 70 villas dans l’île, a « doublé » le nombre de locations en juillet par rapport à 2020 et 2019, avec une clientèle « nettement plus française qu’étrangère », a précisé à l’AFP Hélène Rousset, directrice de la communication. Pour la plateforme Click&Boat, qui propose près d’un millier de bateaux à louer en Corse, le trafic est « historique » avec des réservations en juillet « en hausse de 94% par rapport à 2019 et de 90% par rapport à 2020 ». « La location de bateaux incarne la plus grande tendance voyage 2021 en répondant au fort besoin des Français de s’évader loin de la foule, dans un cadre sanitaire sécurisant », assure la compagnie.

 

La crise sanitaire n’a pas enrayé l’attractivité touristique de la Corse

Les réservations ont commencé à bondir dès la fin avril lorsque le Président de la république française a annoncé un calendrier précis de déconfinement et d’assouplissement des restrictions mises en place lors de la troisième vague. « Les personnes ont ainsi pu se projeter, notamment pour organiser leurs vacances, et nous avons connu des journées record en matière de ventes pour l’été en cours, confie Luc Bereni, Président du directoire de la compagnie Air Corsica. Par ailleurs, le phénomène de dernière minute est classique sur la Corse au regard de sa proximité et cela se vérifie encore cette année. » Les arrivées sur l’île se font toujours majoritairement via l’aéroport d’Ajaccio, suivi de près par des atterrissages à Bastia, Figari qui connaît le plus fort taux de croissance et enfin Calvi.