Sortie du Tesla Cybertruck repoussée

Sortie du Tesla Cybertruck repoussée

Tesla a officiellement confirmé que le Cybertruck arriverait au plus tôt en 2022 en production. Elon Musk a expliqué qu’il coûterait beaucoup trop cher à produire actuellement pour le lancer en 2021.

Récemment, les rumeurs s’intensifiaient au sujet du retard pris par le Tesla Cybertruck. Le pick-up électrique pose en effet un défi plus important que prévu à la marque d’Elon Musk.

La présentation du Cybertruck est intervenue fin 2019, et on a pu l’apercevoir avec Musk à son volant à plusieurs reprises. Mais le prototype actuel est loin de ce que sera le modèle de série, qui continue à prendre du retard. Plusieurs points techniques compliquent la gestation de ce nouveau mastodonte, qui n’a pas encore été présenté dans sa forme finale. Le premier est sa carrosserie qui reposera sur un « exosquelette » en acier ultra-résistant. Le second se situe au niveau des batteries, puisque Tesla doit produire les nouvelles cellules 4680 pour lancer le Cybertruck.

Jusqu’ici réticente à communiquer sur le sujet, la marque a récemment officialisé le retard de son pick-up « zéro émission ». « Vous pourrez terminer votre configuration lorsque la production approchera en 2022 », peut-on lire sur le configurateur du constructeur. De quoi espérer un début de production en 2022, mais sans certitude. Tesla promet depuis plusieurs semaines une présentation prochaine de la version finale du Cybertruck.

 

La Gigafactory du Texas encore en construction

Par ailleurs, Tesla n’a pas terminé sa Gigafactory au Texas. L’installation permettra d’accueillir toute la démesure de Tesla, avec principalement la production de batterie, mais aussi celle du Tesla Cybertruck ou du camion Tesla Semi.

Le mois dernier, lors de la présentation des résultats financiers du deuxième trimestre, Tesla a simplement précisé que la production de son pick-up commencerait dans son usine du Texas, dans la foulée de celle du Model Y.

Présenté en 2019, le pick-up Tesla au design controversé avait attiré la curiosité. La marque avait enregistré 200.000 réservations en quelques jours. Mais il est impossible de savoir combien se transformeront en commandes fermes puisque le dépôt de 100 dollars, ou 100 euros en Europe, était symbolique car « entièrement remboursable ».

 

Un coût de production estimé à un million de dollars

Pour Elon Musk, la production à petite échelle du Cybertruck n’est pas envisageable pour le moment. Selon lui, débuter aujourd’hui l’industrialisation du pick-up en se calquant sur la production de nouvelles batteries reviendrait à un coût de production d’un million de dollars par l’unité. C’est également ce qui retarde la production du Tesla Semi, le camion électrique de la marque. Tesla souhaite aussi utiliser ses cellules 4680 pour le Model Y, prioritaire.

Tesla continue donc à préparer l’industrialisation du Cybertruck, qui sera assemblé au sein de la nouvelle Gigafactory d’Austin (Texas). Le Model Y sera également fabriqué en grand nombre dans cette cinquième usine, ce qui ralentira aussi la fabrication du pick-up.

Une production simultanée compromise

Lors de la publication de ses résultats financiers en juillet, Tesla avait annoncé maintenir le cap sur une production du Cybertruck pour fin 2021. Précisant au passage que celle-ci débuterait après la commercialisation du modèle Y. Or, le modèle Y se voyant lui-même retardé par quelques délais de production, l’annonce a naturellement fait quelques sceptiques.

L’annonce de la production du véhicule, en 2019, avait tout d’abord interloqué le public. Le Cybertruck se démarquait de tout autre véhicule aujourd’hui en circulation par des formes anguleuses et totalement futuristes ainsi que par des initiatives novatrices, comme l’absence de poignées sur les portières. Lars Moravy, chargé de l’ingénierie, a annoncé récemment que la partie technique venait à peine d’être achevée et reprenait quelques éléments du Modèle Y, compliquant d’autant plus la production simultanée des deux véhicules initialement prévue.

De plus, la nouvelle usine géante chargée de la production des deux véhicules est toujours en cours de construction, bien que l’on ait pu observer de fulgurants progrès.